Daniel Otero Torres 
Tierratendro




Essay
Exibition catalogue
Le Livre d’art & Drawing Lab, Paris
French below


For Daniel Otero Torres, each drawing is the result of an ongoing collection of archive and media images as well as travel photos, which are included in variegated compositions. These are then spread out, enlarged or miniaturized, stripped of any context, and subsequently drawn on paper, stainless steel, or ceramic. By way of presentation, and in order to adhere to Daniel Otero Torres' elliptical creative process I would like to share some narratives and crossroads that have influenced the exhibition, as parables and possible paths for visitors to follow.


INSIDE EARTH

The exhibition title Tierradentro, "inside earth" in English, comes from an archaeological site built from the 6th to 11th centuries AD that is located in the northern Andes Mountains in the Department of Cauca, Colombia. Protected for its elaborate subterranean tombs and monumental statues, it houses the remains of a vast but little known ancient pre-Columbian culture.


QUANTUM MYTHOLOGIES

Daniel Otero Torres remodels pre-Columbian know-how and legends from across Latin American; creates connections with ancient cultures of the Mediterranean basin; finds inspiration in Hindu and Egyptian deities; and draws parallels with scientific discoveries, contemporary events, and his personal experience. In the central chamber forgotten female activists and revolutionaries, appear like deities among memories preserved in ceramic and textiles. In an adjoining room, a fragile temple on stilts encloses an entire floor of the Weimar Bauhaus in Colombia's Chocó forest. As the empty hammocks swirl, the vortex of a spatial storm around the north pole of the planet Saturn gradually grows. In the last chamber, a pair of ceramic vases with etched drawings and engobe, depict a story spanning the ages: leopards from the Monterozzi necropolis in Tarquinia, Italy, mix with Jaguar Warriors from the Cacaxtla's Battle Mural, their Mexican counterparts; human DNA is represented by a black figure drawn in an Antique Italian Etruscan manner; Quetzalcoatl, the Snake God, prowls in its animal sheath among the planets and a gigantic cell; and Cyborg ants bustle around a nuclear power plant.

Adopting the gaze of an anthropologist, a naturalist, a physicist, and a science fiction reader, Daniel Otero Torres creates a mythology that is hybrid and mixed. Legendary stories of the origin of the world and scientific models that explain the universe blend together; cosmogony and cosmology are interwoven to produce new hypothetical fantasies. Quantum physics and astronomy are always at hand.

Spatially dispersed, few entities flow between realities and dimensions: dogs without owners and shamans without shadows become guardians and guides; jaguars, which represent an essential deity in Mesoamerican cultures, bridge the gap between the underworld of the dead, the world of the living, and the heavenly world; borrachero (brugmansia Angel's Trumpets) shower down like quantum time, spreading their hallucinogenic scopolamine, a remedy and lethal poison at once, both an ointment and a psychoactive “ritual medicine”; while poppy flowers arise from the footsteps of the stainless steel goddesses.


THE SPIRIT OF STRUGGLES

Protests, and revolutions offer a diffuse source of inspiration for Daniel Otero Torres, from spontaneous gatherings to collective celebrations. Resulting from his research on the iconography of struggles, his monumental sculptures portray a lesser known facet: women fighters, soldiers, and silent heroines of resistance movements during major conflicts of the 20th century: the Mexican, El Salvador, and Nicaraguan revolutions; the Spanish, Algerian, and Vietnam wars; and the Islamic State opposition. Poorly documented, erased by governments once established, or centered on a few emblematic personalities, the history of Milicianas, Soldaderas, Peshmergas, and other female activists remains incomplete. Drawn in graphite on mirror-polished stainless steel, each goddess incorporates parts of various women fighters, forming a multi-armed deity. Devoid of contextual features, they each carry personal attributes and ornaments. Each of them is given an individual meaning. They are not Mother Goddesses but Sister Goddesses. They are not War Goddesses but Dance Resistance Goddesses. Meanwhile, the Spirit of Struggles permeates the world's soil like a subterranean force that reemerges in other ways: fists rise skyward as corals or bushes to music played by a Cupisnique flute player; a Mayan priest from Xochicalco dances in turn.


SHARED FICTIONS

This other land, neither entirely the same nor completely different, is a place of affective and emotional encounters. Daniel Otero Torres views his artworks as a bridges between different cultures and different worlds: Colombia where he spent his childhood, and France where he has lived for many years, as well as the many other lands suggested by fragments, memories, and dreams of colliding universes. "Tierradentro" is driven by this aesthetic of coexistence and interconnection. This revival of signs and figurines makes archetypal images and primeval visions emerge. In this coexistential ecosystem, we cannot see separate works at a glance but are enveloped by them in a game of mirrors, drawn in by their devouring plants. And from all these sensations there’s always this question, “Who is the ‘I’ that gazes»? 

Navigating through these worlds, Daniel Otero Torres explores the ties between what is sacred and profane, between vernacular cultures and planetary thought, between personal recollections and collective memory. "Tierradentro" generates a new system of relations between time and beings. It is a place that creates another story of crossroads and syncretism, challenging us to consider our connections with others via mythologies and political struggles, as well as personal and everyday lives.
A location, a vessel, a feeling, and a planet, for Daniel Otero Torres, "Tierradentro" is all of these at the same time.


︎︎︎


Tierradentro 

Pour Daniel Otero Torres, chaque dessin est le résultat d’un processus de récolte d’images d’archives ou médiatiques et de photographies réalisées lors de voyages, qu’il associe en des compositions hétéroclites. Ces combinaisons sont ensuite déployées, agrandies ou miniaturisées ; délestées de tout élément de contexte ; puis transposées par le biais du dessin sur papier, inox et céramique. En guise de présentation, et afin d’épouser ce procédé de création volubile, je proposerai quelques récits possibles et de traverses qui ont irrigué l’exposition, des paraboles comme autant de chemins pour la parcourir.

LA TERRE DE L’INTÉRIEUR

Tierradentro, en français « la terre de l’intérieur », dérive d’un site archéologique construit entre le vie et le xie siècle, et situé au nord de la cordillère des Andes dans le Cauca en Colombie. Protégé pour ses sculptures monumentales et ses tombeaux enfouis, il abrite les vestiges d’une vaste culture préhispanique connue seulement par bribes.


LES MYTHOLOGIES QUANTIQUES

Depuis ce lieu, Daniel Otero Torres, réactualise des savoirs et des légendes précolombiennes de diverses régions d’Amérique latine ; imagine des correspondances avec des cultures archaïques du Bassin méditerranéen ; s’inspire de divinités hindoues et égyptiennes ; tisse des parallèles avec des découvertes scientifiques, des événements contemporains et des expériences qui lui sont personnelles.

Dans la chambre au cœur, des combattantes et révolutionnaires oubliées trônent en déesses parmi des souvenirs figés dans la céramique et le textile. Au sein d’une des chambres latérales, tremble la frontière entre les mondes : un temple précaire sur pilotis enserre un étage du Bauhaus de Weimar dans la forêt du Chocó en Colombie, tandis que des hamacs tournoient, vides, et qu’une tempête spatiale au nord de Saturne étend doucement son vortex. Dans la dernière chambre, un ensemble de vases en céramique,

décorés de dessins gravés et à l’engobe, déroule une histoire traversant les âges : les léopards des nécropoles de Monterozzi à Tarquinia en Italie croisent leurs cousins du Mexique, les guerriers jaguars du mural de la bataille de Cacaxtla ; l’ADN humain est traduit en figure noire à la manière étrusque ; Quetzalcoatl, le dieu Serpent, rôde dans son enveloppe animale parmi les planètes et une cellule gigantesque ; et des fourmis-cyborg s’affairent près d’une centrale nucléaire. Empruntant le regard de l'anthropologue, du naturaliste, du physicien, et du lecteur de science-fiction, Daniel Otero Torres élabore une mythologie hybride et impure. Mythes de l’origine du monde et théories scientifiques d’explication de l’univers se mélangent ; cosmogonie et cosmologie se nourrissent entre elles pour faire naître de nouvelles fictions spéculatives.

La physique quantique n’est jamais loin, de même que l’astronomie. Partout dispersées, des entités circulent entre les réalités et les dimensions : des chiens sans maître et des chamans sans ombre agissent en gardiens et en guides ; le jaguar, divinité fondamentale des cultures de Méso-Amérique, fait le lien entre l’inframonde des morts, le monde des vivants et le monde céleste ; les borrachero, ou fleurs de Brugmansias, tombent en pluie comme le temps quantique, dispersent leur scopolamine, hallucinogène violent à la fois remède et poison mortel, onguent et psychotrope rituel ; tandis que des fleurs de pavot surgissent des pas de déesses d’inox.


L'ESPRIT DES LUTTES

Manifestations, protestations et révolutions forment une source d’inspiration diffuse dans le travail de Daniel Otero Torres, depuis les rassemblements spontanés jusqu’aux scènes de liesses collectives. Découlant de cette recherche sur l'iconographie des luttes populaires, les sculptures monumentales incarnent une facette moins connue, celle des combattantes, soldates ou héroïnes silencieuses de mouvements de résistance lors de conflits marquants du xxe siècle : les révolutions du Mexique, du Salvador et du Nicaragua ; les guerres d’Espagne, d’Algérie et du Vietnam ainsi que l’opposition à l’État islamique. Peu documentée, effacée par les gouvernements une fois établis, ou centrée sur quelques personnalités emblématiques, l’histoire de la participation des Milicianas, Soldaderas, Peshmergas et révolutionnaires demeure partielle.

Dessinée au graphite sur inox poli miroir, chaque déesse incorpore les fragments de diverses combattantes et forme une divinité aux bras multiples. Dénuée d'éléments contextuels mais munie d’attributs et de parures, chacune d’entre elles est dotée d’une intention individuelle. Ce ne sont pas des Déesses-Mères mais des Déesses Soeurs Compagnes. Ce ne sont pas des Déesses Guerre mais des Déesses Danses Résistances. Pendant ce temps, l’Esprit des luttes s’infiltre dans le terreau du monde, opère telle une force souterraine amenée à réapparaître sous d’autres formes : des poings s’élèvent en corail ou arbuste vers le ciel sous les notes d’un joueur de flûte cupisnique, et un prêtre de Xochicalco danse à son tour.


LES FICTIONS EN COMMUN

Cette terre alternative, ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre, est celle des rencontres affectives et émotionnelles. Daniel Otero Torres conçoit ses oeuvres comme des ponts entre plusieurs cultures et plusieurs mondes : celui de la Colombie de son enfance, de la France comme lieu de vie depuis de nombreuses années, mais aussi toutes les autres terres convoquées par le fragment, les souvenirs et les rêves d’univers en collision. « Tierradentro » est animée de cette esthétique de la coexistence et de l’entrelacement. De la résurgence des signes et des figures émergent des images archétypales et des visions primordiales. Au sein de cet écosystème de la cohabitation, nous n’embrassons plus les oeuvres d’un seul et unique regard, nous sommes enveloppés par elles dans un jeu de miroirs, aspirés par les plantes grimpantes dévorantes. Et toujours cette interrogation par le biais de la sensation : qui est le « je » qui regarde ?

Naviguant entre les mondes, Daniel Otero Torres explore avec nous les liens entre sacré et profane, entre cultures vernaculaires et pensée planétaire, entre souvenirs intimes et mémoire collective. « Tierradentro » engendre un nouveau système de relations entre le temps et les êtres. C’est un espace où se produit une autre histoire des traversées et des syncrétismes ; où l’enjeu est de penser ce qui nous relie à d’autres du point de vue du mythe, des luttes politiques, autant que de la vie affective et quotidienne. Lieu, vaisseau, sentiment et planète, pour Daniel Otero Torres, « Tierradentro » est tout cela à la fois.



Exhibitions



Events




Texts




About



Anaïs Lepage is an independent curator, writer, art historian and lecturer.

Trained in art history at the École du Louvre, in museum studies at the University of Quebec in Montreal and in curatorial studies at the Sorbonne University, she has multiplied her experiences in France and abroad. She began at the Maison Rouge in Paris, at the Museum of Contemporary Art in Montreal, and alongside Guillaume Désanges at the Verrière - Hermès Foundation in Brussels. Then, she became involved as assistant curator at the Museum of Contemporary Art in Chengdu in China, at the Museum of Modern Art in Paris and at the Louis Vuitton Foundation.

With a fondness for collective dynamics, she co-founded the Heiwata curatorial platform, based in Paris, Mexico City and Toronto, and participates in the queer and feminist workshop How to Suppress Universty Writing led by Émilie Noteris. Recently, she has collaborated with AICA International, CNEAI, the Palais de Tokyo, the Cité Internationale des arts and the Drawing Lab in Paris. Since 2019, she is teaching exhibition curating at the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. 

Her research focuses on the excesses and secrets of art history linked to sensitivities and spiritualities as well as postcolonial, gender and feminist studies. She is particularly attached to words, forms and gestures generated outside of a rationalist thinking : drawing on occult and mystical sources; or being inspired by affective flows, emotions and the sentimental life. Practices that often cross issues of resistance, struggle, healing, and relationship to the living. She has developed projects with artists such as Madison Bycroft, Julien Creuzet, Ad Minoliti, and Daniel Otero Torres, among others.

Deploying a holistic conception of curating, she also reflects on the forms of writing about art by shifting the critical, fictional and intimate registers during collaborations, performances and podcasts.

Inspired by radical pedagogies, she began researching the “emotional labor” that operates in the positions of curator,  lecturer, and art worker.

Over the course of meetings and projects, she has developed a particular interest in the artistic scenes of the Americas and the Caribbean, Scandinavia and South Africa.

︎


Anaïs Lepage est curatrice indépendante, autrice, chercheuse et enseignante. 

Formée en histoire de l’art à l’École du Louvre, en muséologie à l’Université du Québec à Montréal et en études curatoriales à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, elle multiplie les expériences en France et à l’étranger. Elle débute à la Maison Rouge à Paris, au Musée d’art contemporain de Montréal et aux côtés de Guillaume Désanges à la Verrière – Fondation Hermès à Bruxelles. Elle s’investit ensuite en tant que commissaire assistante au Musée d’Art Contemporain de Chengdu en Chine, au Musée d’Art Moderne de Paris, et à la Fondation Louis Vuitton.

Affectionnant les dynamiques collectives, elle a cofondé la plateforme curatoriale HEIWATA, basée entre Paris, Mexico et Toronto, et participe à l’atelier d’écriture queer et féministe How to SupPRESS Universty Writing mené par Émilie Noteris. Récemment, elle a collaboré avec l’AICA International, le CNEAI, le Palais de Tokyo et la Cité Internationale des arts à Paris. Depuis 2019, elle enseigne le commissariat d’exposition à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ses recherches portent sur les excès et les secrets de l’histoire de l’art en lien avec des sensibilités et des spiritualités ainsi que les études postcoloniales, de genre et féministes. Elle s’attache particulièrement aux mots, aux formes et aux gestes générés hors d’une pensée rationaliste : puisant dans des sources occultes et mystiques ; ou s’inspirant de flux affectifs, d’émotions et de la vie sentimentale. Des pratiques qui traversent souvent les questions de résistance, de lutte, de réparation, et de relation au vivant. Elle a ainsi développé des projets avec des artistes tels que Madison Bycroft, Julien Creuzet, Ad Minoliti, et Daniel Otero Torres, entre autres.

Déployant une conception holistique du commissariat, elle réfléchit également aux formes d’écritures sur l’art en déplaçant les registres critique, fictionnel et intime lors de collaborations, de performances et de créations radiophoniques.

Inspirée par les pédagogies radicales et engagées, elle commence une recherche sur le “travail émotionnel” à l'oeuvre dans les rôles de commissaire d'exposition, d'enseignante et de travailleuse de l’art.  

Au fil des rencontres et des projets, elle a développé un intérêt particulier pour les scènes artistiques des Amériques et des Caraïbes, Scandinave et d’Afrique du Sud.
 



︎ anais.lepage1[@]gmail.com
︎ anais_lepage
︎ english / français

www.heiwata.com

French CV
English bio