A little later after the night





September 7-17th 2016
DOC, Paris
Production : La Station, Aubervilliers
In collaboration with Elsa Delage

French bellow


With: Safouane Ben Slama, Gaëlle Choisne, Julien Creuzet, Emile Degorce-Dumas, Hélène Garcia, Vidya Gastaldon, Jérémie Gaulin, Ann Guillaume, Servane Varnese.

“A little later after the night” comes in the very beginning, when rubble and ripped mattresses, scattered keys and passports, voodoo icons onto the wall and enigmatic room numbers were placed throughout.
Nine artists have been invited to interpret the objects and testimonies from the Gare des Mines building, to draw on the clandestine, underworld, spiritual and festive history of the place. They created alternative and possible stories, calling distant lands, private anecdotes and legends.

The exhibition is simultaneously archive and omen, a place of coexistence, transfer and crossing where humans and energies flows move. It claims the power of a mystical approach to the world and synchronicities against the impediment situations; the power of belief in the unknown and impalpable forces as a shape and rhetoric matrix.

Paintings, sculptures, photographs, video, documents and sound recording are all acts of interpretation and healing of an invisible ritual.

︎︎︎


Un peu plus tard après la nuit
Dossier de presse

“Un peu plus tard après la nuit” intervient au tout début, au moment des gravats et des matelas troués, des clés et des passeports éparpillés, des icônes vaudou collées sur les murs en béton et des numéros de chambres énigmatiques disposés un peu partout.

Neuf artistes ont été invités à interpréter les objets et témoignages retrouvé au sein du bâtiment de la Gare des Mines, à s’inspirer de l’histoire clandestine, interlope, spirituelle et festive du lieu. Ils ont engendré des récits parallèles et possibles, convoquan territoires lointains, anecdotes intimes et légendes.

L’exposition est à la fois archive et présage, lieu de coexistence, de transfert et de passage où circulent flux humains et énergies. Elle affirme le pouvoir d’une approche mystique du monde et des synchronicités contre les situations d’empêchement ; la puissance de la croyance en des forces inconnues et impalpables comme matrice de formes et de discours.

Peintures, sculptures, photographies, vidéo, documents et captation sonore sont autant d’actes d’interprétation et de guérison d’un rituel invisible.


Exhibitions



Events




Texts




About



Anaïs Lepage is an independent curator, writer, art historian and lecturer.

Trained in art history at the École du Louvre, in museum studies at the University of Quebec in Montreal and in curatorial studies at the Sorbonne University, she has multiplied her experiences in France and abroad. She began at the Maison Rouge in Paris, at the Museum of Contemporary Art in Montreal, and alongside Guillaume Désanges at the Verrière - Hermès Foundation in Brussels. Then, she became involved as assistant curator at the Museum of Contemporary Art in Chengdu in China, at the Museum of Modern Art in Paris and at the Louis Vuitton Foundation.

With a fondness for collective dynamics, she co-founded the Heiwata curatorial platform, based in Paris, Mexico City and Toronto, and participates in the queer and feminist workshop How to Suppress Universty Writing led by Émilie Noteris. Recently, she has collaborated with AICA International, CNEAI, the Palais de Tokyo, the Cité Internationale des arts and the Drawing Lab in Paris. Since 2019, she is teaching exhibition curating at the Paris 1 Panthéon-Sorbonne University. 

Her research focuses on the excesses and secrets of art history linked to sensitivities and spiritualities as well as postcolonial, gender and feminist studies. She is particularly attached to words, forms and gestures generated outside of a rationalist thinking : drawing on occult and mystical sources; or being inspired by affective flows, emotions and the sentimental life. Practices that often cross issues of resistance, struggle, healing, and relationship to the living. She has developed projects with artists such as Madison Bycroft, Julien Creuzet, Ad Minoliti, and Daniel Otero Torres, among others.

Deploying a holistic conception of curating, she also reflects on the forms of writing about art by shifting the critical, fictional and intimate registers during collaborations, performances and podcasts.

Inspired by radical pedagogies, she began researching the “emotional labor” that operates in the positions of curator,  lecturer, and art worker.

Over the course of meetings and projects, she has developed a particular interest in the artistic scenes of the Americas and the Caribbean, Scandinavia and South Africa.

︎


Anaïs Lepage est curatrice indépendante, autrice, chercheuse et enseignante. 

Formée en histoire de l’art à l’École du Louvre, en muséologie à l’Université du Québec à Montréal et en études curatoriales à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne, elle multiplie les expériences en France et à l’étranger. Elle débute à la Maison Rouge à Paris, au Musée d’art contemporain de Montréal et aux côtés de Guillaume Désanges à la Verrière – Fondation Hermès à Bruxelles. Elle s’investit ensuite en tant que commissaire assistante au Musée d’Art Contemporain de Chengdu en Chine, au Musée d’Art Moderne de Paris, et à la Fondation Louis Vuitton.

Affectionnant les dynamiques collectives, elle a cofondé la plateforme curatoriale HEIWATA, basée entre Paris, Mexico et Toronto, et participe à l’atelier d’écriture queer et féministe How to SupPRESS Universty Writing mené par Émilie Noteris. Récemment, elle a collaboré avec l’AICA International, le CNEAI, le Palais de Tokyo et la Cité Internationale des arts à Paris. Depuis 2019, elle enseigne le commissariat d’exposition à l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Ses recherches portent sur les excès et les secrets de l’histoire de l’art en lien avec des sensibilités et des spiritualités ainsi que les études postcoloniales, de genre et féministes. Elle s’attache particulièrement aux mots, aux formes et aux gestes générés hors d’une pensée rationaliste : puisant dans des sources occultes et mystiques ; ou s’inspirant de flux affectifs, d’émotions et de la vie sentimentale. Des pratiques qui traversent souvent les questions de résistance, de lutte, de réparation, et de relation au vivant. Elle a ainsi développé des projets avec des artistes tels que Madison Bycroft, Julien Creuzet, Ad Minoliti, et Daniel Otero Torres, entre autres.

Déployant une conception holistique du commissariat, elle réfléchit également aux formes d’écritures sur l’art en déplaçant les registres critique, fictionnel et intime lors de collaborations, de performances et de créations radiophoniques.

Inspirée par les pédagogies radicales et engagées, elle commence une recherche sur le “travail émotionnel” à l'oeuvre dans les rôles de commissaire d'exposition, d'enseignante et de travailleuse de l’art.  

Au fil des rencontres et des projets, elle a développé un intérêt particulier pour les scènes artistiques des Amériques et des Caraïbes, Scandinave et d’Afrique du Sud.
 



︎ anais.lepage1[@]gmail.com
︎ anais_lepage
︎ english / français

www.heiwata.com

French CV
English bio