Daniel Otero Torres 
Tierradentro




Solo Show
Drawing Lab, Paris
March 13-June 17, 2021


Tierradentro,
en français “la terre de l’intérieur”, dérive d’un site archéologique situé au nord de la Cordillère des Andes dans le Cauca en Colombie. Protégé pour ses sculptures monumentales et ses tombeaux enfouis, il abrite les vestiges d’une vaste culture préhispanique connue seulement par bribes.

Depuis ce lieu, Daniel Otero Torres réactualise des savoirs et des légendes précolombiennes de diverses régions d’Amérique Latine ; imagine des correspondances avec des cultures archaïques du bassin méditerranéen ; s’inspire de divinités hindoues et égyptiennes ; tisse des parallèles avec des événements contemporains et des expériences qui lui sont personnelles. Empruntant le regard de l'anthropologue, du naturaliste, du physicien, ou encore du lecteur de science-fiction, il élabore une cosmogonie hybride et impure faite de frottements et de réconciliations.

Sa pratique est ainsi celle de la fragmentation, de la collusion et du détail. Chaque dessin est le résultat d’un processus de récolte d’images d’archives ou médiatiques et de photographies réalisées lors de voyages, qu’il associe en des compositions hétéroclites. Ces combinaisons sont ensuite déployées, agrandies ou miniaturisées ; délestées de tout élément de contexte ; puis transposées par le biais du dessin sur papier, inox et céramique.

À travers des chemins narratifs variés —les combattantes oubliées lors des conflits du XXème siècle, les pouvoirs psychotropes des plantes Brugmansias, les transformations de l’homme-jaguar, les variations génétiques à l’origine de l’évolution des espèces, ou encore les chiens sans maître aux multiples noms— l’exposition explore les thèmes du voyage entre les mondes, des liens entre sacré et profane, entre cultures vernaculaires et pensée planétaire, entre souvenirs intimes et mémoire collective.

“Tierradentro” engendre un nouveau système de relations entre le temps et les êtres. C’est un espace où se produit une autre histoire des traversées et des syncrétismes ; où l’enjeu est de penser ce qui nous relie à d’autres du point de vue du mythe, des luttes politiques, autant que de la vie affective et quotidienne. Lieu, vaisseau, sentiment et planète, pour Daniel Otero Torres, “Tierradentro” est tout cela à la fois.
exhibitions






Anaïs Lepage is an independent curator and writer based in Paris.

Her research focuses on excesses and secrets in art history in connection with a history of the affects and spiritualities as well as postcolonial and gender studies. Inspired by radical pedagogies and feminist theories, she questions the forms of speech through collaborations, workshops, and a shift in critical, intimate, and performative narrative.


Trained in Art History at the École du Louvre, in Museum Studies at the Université du Québec à Montréal (UQAM), and in Curatorial Studies at the Paris I Pantheon-Sorbonne University, Lepage multiplies experiences in France and abroad.
She started at the Maison Rouge - Foundation Antoine de Galbert in Paris, at the Museum of Contemporary Art in Montreal and, alongside Guillaume Désanges, at the Verrière - Hermès Foundation in Brussels. Then, she worked as assistant curator at the Museum of Contemporary Art in Chengdu, the Museum of Modern Art in Paris, and the Louis Vuitton Foundation.

From 2015 to 2020 she co-founded HEIWATA, a curatorial platform based between Paris, Mexico City, and Toronto. She has developed projects with artists such as Madison Bycroft, Julien Creuzet, Gaëlle Choisne, Ad Minoliti, and Rachel Rose, among others. Recently, she collaborated with AICA International, the CNEAI art center, and the Palais de Tokyo. Since 2019, she teaches exhibition curating at the Sorbonne University



 anais.lepage1[@]gmail.com